Empreintes - Enveloppes

Bas relief en plâtre sur toile de lin et monté sur un châssis en bois, Le Passage est une sculpture de Guillaume Werle de la série Empreintes-Enveloppes. Cette oeuvre est constituée de fragments d'une personnage en plâtre très finement exécuté, à la manière d'une coquille d'oeuf. Les fragment complètent des empreintes du même corps incrusté dans le fond du bas relief.

Empreintes-Enveloppes est une série de sculptures en plâtre, le plus souvent monté sur toile de lin et châssis en bois, des matériaux recyclables, recyclés et respectueux de l’environnement.

Celle-ci met en exergue les éléments fondamentaux de la recherche de Guillaume Werle, la question de l’enveloppe, ici corporelle, fragile comme une coquille d’oeuf, et celle de l’empreinte, le corps en creux, qui évoque la trace laissée par l’homme. 

A Coluche

La statue en bronze de Guillaume Werle, A Coluche, est un hommage à Michel Colucci. Elle représente le comique par son costume de scène, sa salopette et ces chaussure comme s'il était dedans. L'ensemble est très vivant. L'oeuvre en bronze à été commandée par la ville de Montrouge pour commémorer les vingt cinq ans de la disparition de Coluche.

A Coluche est une sculpture emblématique de la ville de Montrouge. Cette oeuvre en bronze rend hommage par son costume de scène le célèbre acteur et comique Michel Colucci.

Ici, l’enveloppe est le costume lui-même, le creux, l’absence du corps de Coluche. Ce travail du vide renvoie à l’absence de l’humoriste dans le paysage public. Cependant, le costume est en mouvement ce qui renvoie à son existence dans la mémoire de chacun et dans la société.

Le costume, une salopette et des DocMarten’s, évoque aussi la condition ouvrière dont Coluche est originaire et dont il aimait aussi a se moquer.

Pour en savoir Plus+

La Danse

Le Grand Livre de la Danse est une sculpture de Guillaume Werle constituée de quatre toiles de lin monté sur châssis, disposé en forme de livre ouvert. Des empreintes de chausson et de pied figées dans le plâtre composent une chorégraphie ou le pied nu s'oppose au pied chaussé. Cette sculpture est aussi composée d'une envolée de chaussons de danse. La photo de cette sculpture, qui fait partie d'une collection particulière à été prise lors de l'exposition de l'oeuvre au conservatoire municipal de musique et de danse de Montrouge.

La danse occupe une place prépondérante dans la recherche de Guillaume Werle.
On retrouve dans les dernières recherches du sculpteur les éléments constitutifs de Empreintes-Enveloppes. Ils sont repris en intégrant des notions de la décomposition des mouvements.
Elles jouent aussi l’opposition pied nu, pied chaussé. Le chausson de danse, emblématique de la danse classique, de la danse codifiée structurée et contraignante est source d’élévation par l’éducation. Le pied nu du danseur tribal, de la transe, de la danse exutoire. 

Les Ménines

La Ménine plate classique de Guillaume Werle est une sculpture en bronze à la patine rouge orangée. Cette sculpture reprend les code vestimentaire des courtisane du roi représenté par de nombreux artistes, dont Velàzquez, Dali, Manolo Valdes, et s'inscrit dans la continuité de sa recherche Empreintes-Enveloppes.

Les Ménines, personnages emblématiques de la cour d’Espagne, sont représentées statiques. La robe, Enveloppe vestimentaire,  nous parle des apparences. Aplaties et juchées sur des socles faits à partir d’une brique, matière non noble, les Ménines Plates prolonge et accentue le propos de ces bronzes.

Adam et Eve

Eve au Pommier est une sculpture en plâtre de Guillaume Werle. Le personnage d'Eve de facture classique s'insert devant un pommier traité en bas relief de façon libre. Cette sculpture réalisée en 2000 est la première de la série des Adam et Eve. Elle met en exergue le lien indéfectible de l'humain avec la nature.

Réduit jusqu’à n’être que deux pommes, Adam et Eve sont les représentants d’une humanité déconnectée de son environnement. La pomme devient une terre trop petite sur laquelle les vestiges d’Adam et d’Eve se tournent le dos. Une pomme en guise de tête, trop grosse elles font obstacle, empêche la relation charnelle d’exister. 

De Terre et d'Eau

La Prévalence de la Vie, sculpture originale en plâtre de Guillaume Werle. Les corps de deux femmes sont représentée cote à cote. Très finement réalisés en plâtre, ces corps, presque taille nature, sont comme des coquilles d'œufs, légèrement brisé. Le tout est présenté comme un bas-relief. Le fond de celui-ci est aussi en plâtre, presque lisse.

Pris dans une surface irrégulière et ondoyante, les personnages fragmentaires et finement exécutés mettent en avant la fragilité de nos corps et donc de nos vies. Le corps comme une coquille d’oeuf, le fond, surface aqueuse, nous rappellent à nos origines . 

Mue(s)

Sculpture en plâtre de Guillaume Werle, La Mue représente une femme dont toute la peau se renouvelle. Elle flotte au dessus de sol, en suspension.

Assemblé, désassemblé, reconstitué, non pas éléments par éléments, mais couche par couche, la Mue est un mouvement intérieur, c’est une renaissance. Le corps est le cocon de lui-même, le cocon de l’être qui l’anime. 

Deux sculptures en hommage à l’auteure compositrice  interprète Barbara sont nées à partir d’un premier portrait de l’artiste. Celui-ci à été réalisé d’après photo en terre avant d’être moulé. Un deuxième portrait est ensuite réalisé à partir du premier, avec une autre expression. Les deux sculptures sont la base de la création en plâtre, toile de lin, bois et bacula des eux hommages, produites selon le principe Empreintes-Enveloppes. 

Pour en savoir Plus+